Ressource documentaire : Au delà du talent, avec Céline Kopp et Etienne Bernard, commissaires de la biennale d’art contemporain de Rennes 2018

Toute l’année, nous menons une veille chiffrée sur les principaux évènements bretons, et le comptage en cours du territoire met en évidence que certaines structures parviennent à la parité. Cette année, ce fut le cas pour la biennale de Rennes qui, outre une stricte parité en genre des artistes présent.e.s, offrait une réelle diversité d’origines et d’âges.

Alors qu’on nous oppose fréquemment la question du talent et du vivier pour expliquer la trop petite place faites aux artistes femmes dans les programmations, nous avons souhaité échanger avec les commpissaires de cette biennale sur leur façon de travailler et d’appréhender cette question. Une ressource professionelle pour réfléchir dans toutes les disciplines, à la fois contemporaine, politique et sutout… Passionnante !

C’est à voir ici et ça dure 15 minutes.

Pour produire cette ressource, nous avons travaillé avec Marie Docher et sa plate-forme Visuelles.art, sur laquelle vous trouverez bien d’autres témoignages, tous plus enrichissants les uns que les autres. A découvrir absolument !

Etienne Bernard et Céline Kopp dirigent des centres d’art contemporain et sont cette année co-commissaires de la Biennale d’art contemporain de Rennes : A cris ouverts.

Ce qui frappe en voyant la liste des artistes invités c’est la diversité des origines et une égale représentation des genres. Nous sommes allées les rencontrer au musée des beaux-art de Rennes grâce à HF Bretagne et nous sommes installé·es dans l’œuvre de l’artiste Oreet Ashery, Revisiting Genesis pour parler de leur travail.

Les deux commissaires nous emmènent dans l’écriture de ce projet, parlent de leurs pratiques respectives ancrées dans des réalités sociales et politiques diverses, comment ces pratiques ont été renforcées au fil des expériences ou ont fait évoluer leurs engagements. Avec sincérité et subtilité ils redéfinissent le « talent », mot-valise chargé de normes, de « canons » trop souvent utilisé pour disqualifier nombre d’artistes et de pratiques.

Ils nous parlent des artistes, de co-construction, d’économie, d’écologie, de militantisme, d’autres manières d’habiter le monde et d’imaginer l’être collectif.

Etienne Bernard est directeur de Passerelle à Brest et Céline Kopp directrice de Triangle France à Marseille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s